Français

Allergies de contact: Éviter les agressions cutanées

Humidité, soleil et produits chimiques: notre peau est quotidiennement exposée à de nombreux facteurs qui peuvent l’ endommager. En prenant bien soin d’elle, on réduit le risque d’eczéma et d’allergies.

La peau est un organe merveilleux et polyvalent. Elle isole notre corps de manière fiable du monde extérieur et le protège contre les influences environnementales. Mais parfois, il arrive que cette fine enveloppe supporte mal certaines influences. Au contact de substances chimiques, mais aussi naturelles, des irritations peuvent survenir, se manifestant par des rougeurs, des démangeaisons et des cloques. Si ces dernières éclatent, des zones humides se forment, et par la suite des croûtes, des squames et des fissures peuvent se développer.

Hygiène: «revers de la médaille»

En général, on distingue deux types de dermatite de contact: irritante et allergique, la première étant environ deux fois plus fréquente. Une forme irritante apparaît le plus souvent sur les mains, par exemple lorsque vous les lavez fréquemment et que la peau devient rougeâtre et cassante. L’exposition au soleil peut également provoquer des irritations. Les lèvres et leur contour, sont particulièrement sensibles car elles sont souvent humides avec la salive. En outre, de nombreuses personnes réagissent aux produits d’entretien ménager et industriel, ainsi qu’aux solvants et au ciment.

«Théoriquement, toute substance
présente dans l’environnement
peut provoquer une allergie de contact.»

Sonja Hartmann, experte au centre
d’allergologie aha! en Suisse

En revanche, la forme allergique provoque une réaction excessive du système immunitaire lors du contact avec un allergène. Les déclencheurs typiques sont les conservateurs dans les cosmétiques et les shampoings, les parfums contenus dans les produits de soins et de nettoyage (surtout le citronellol), les colorants dans les teintures capillaires, ainsi que les métaux tels que le nickel présent dans les bijoux ou les fermetures éclair. Récemment, une augmentation des réactions aux conservateurs du groupe des isothiazolinones a été observée.

Cherchez le déclencheur

«En théorie, toute substance présente dans l’environnement peut provoquer une allergie de contact», souligne Sonja Hartmann, experte au centre d’allergologie aha! en Suisse. En outre les produits chimiques, les plantes médicinales traditionnelles comme la camomille, l’achillée millefeuille et l’arnica sont également connues comme déclencheurs.

Afin de déterminer la cause des problèmes cutanés, le médecin commencera par poser des questions détaillées sur les habitudes de vie. Une allergie peut également être détectée grâce à des tests cutanés, au cours desquels de petites quantités de différentes substances sont appliquées sur la peau à l’aide de patchs pour déterminer l’activateur.

Nourrir et traiter

Pour guérir une peau endommagée, des soins appropriés sont importants, dit Sonja Hartmann. Après un examen médical, des pommades à base de cortisone sont parfois prescrites. En cas de dermatite de contact allergique, des antihistaminiques peuvent être utilisés pour lutter contre les démangeaisons, de même que des immunomodulateurs. Ce sont des substances qui ralentissent le système immunitaire trop actif. Ils sont également disponibles sous forme de crèmes.

Près d’une personne sur cinq est concernée

Les eczémas de contact sont fréquents. 15 à 20% de la population sera touchée au moins une fois au cours de sa vie, les femmes un peu plus que les hommes. Les symptômes peuvent apparaître à n’importe quelle phase de la vie et parfois disparaître spontanément. La peau des bébés et des jeunes enfants est particulièrement sensible. Dans ce groupe d’âge, l’érythème fessier est fréquent, tandis que d’autres déclencheurs sont plus rares. Cependant, de nombreuses personnes ne développent une intolérance cutanée à certaines substances qu’à l’âge adulte, souvent en lien avec leur profession. Mais, les individus atteints de névrodermite sont aussi plus sujets à l’eczéma de contact.

Parfois, un changement de profession est nécessaire

La maladie de peau est particulièrement fréquente chez les coiffeurs, les boulangers, les maçons, les peintres, les carreleurs, les agents d’entretien, ou les personnes chargées de la maintenance de machines. Dans ces secteurs, le contact régulier avec des substances irritantes ou allergènes et le travail fréquent dans des environnements humides constituent un facteur de risque supplémentaire.
La seule façon de résoudre ces problèmes à long terme est d’éviter les substances déclenchantes, explique Sonja Hartmann. «Cela permet de guérir l’eczéma et empêche une évolution durable.» Dans certains cas, il peut être nécessaire pour les personnes concernées de changer de profession ou de lieu de travail. Heureusement, il existe souvent des produits alternatifs mieux tolérés.

Comment se protéger contre les irritations cutanées

  • L’humidité assèche la peau. Si vous devez souvent vous laver les mains, séchez-les bien et appliquez une crème hydratante. Douchez-vous une seule fois par jour, de préférence une douche courte et fraîche.
  • Une barrière cutanée intacte rend plus difficile la pénétration des allergènes et autres substances nocives. Prenez soin de votre peau avec des crèmes hydratantes.
  • N’utilisez que des produits cosmétiques et des détergents doux, sans conservateurs ni parfums, de préférence pH neutre. Les personnes allergiques et intolérantes doivent opter pour des produits portant le « label aha ! », label de qualité allergies (point vert avec l’inscription aha!) du centre d’allergologie suisse. Une liste des ingrédients contenus dans les produits cosmétiques est disponible sur www.haut.de.
  • Lors de la manipulation de produits de nettoyage et de produits chimiques, portez des gants.
  • Lors de l’achat de bijoux et de vêtements comportant des éléments métalliques (fermetures éclair), veillez à ce qu’ils ne contiennent pas de nickel. De nombreuses pharmacies proposent des tests.
  • En cas d’irritations cutanées persistantes et répétées, consultez un médecin.

Cet article a été publié dans une édition d’astreaPHARMACIE et adapté pour le site web. L’édition complète d’astreaPHARMACIE est disponible en pharmacie et paraît dix fois par an.