Français

Shinrin Yoku: Se ressourcer dans la forêt

En été, la plupart des gens aiment se rafraîchir à la piscine ou dans un lac à proximité. Il peut être beaucoup plus reposant de s’immerger dans l’ambiance de la forêt (l’immersion silencieuse). Cette «tendance santé» venue du Japon devient de plus en plus populaire en Suisse.

C’est tout simplement l’un des plaisirs de l’été: nager dans un lac ou une rivière. Alors que les Européens aiment se détendre dans et autour de l’eau, les Japonais préfèrent s’immerger dans la forêt. Là-bas, le bain de forêt, comme se brosser les dents, fait tout simplement partie d’une vie saine. Vous ne serez pas mouillé, mais détendu et bien.

La formule magique pour le bain de forêt:
lenteur et pleine conscience.

Shinrin Yoku, qui veut dire «bain de forêt», n’est pas juste une tendance mais aussi une méthode de guérison reconnue au Japon. En cas de stress, de dépression, d’hypertension artérielle, de troubles du sommeil ou d’un système immunitaire affaibli, les médecins japonais envoient souvent leurs patients en «thérapie forestière». Car une visite chez le «médecin vert» est souvent plus curative que n’importe quel autre médicament.

Les terpènes sont bons pour la santé

Voilà quelques années, cette tendance à une santé «verte» est aussi arrivée en Suisse. Cependant, comme le bain de forêt n’est pas reconnu comme une thérapie en Suisse, la grande majorité des cours n’ont que deux objectifs: réduire le stress et améliorer le bien-être. Les milliers de parfums, appelés terpènes, qui émanent des arbres, garantissent à eux seuls que cela fonctionne. Ces soi-disant terpènes ont non seulement un effet anti-inflammatoire, mais après seulement 20 minutes, la concentration en hormones du stress, le cortisol et l’adrénaline, diminue et la sérotonine, l’hormone du bien-être, augmente.

Marcher et voir en pleine conscience

Prendre un «bain de forêt» est bien plus qu’une simple promenade dans les bois. Les instructeurs certifiés montrent aux participants comment être présents ici et maintenant. C’est un art en soi dans une certaine mesure, dont la formule magique est la lenteur plus la pleine conscience. «Lors d’un «bain de forêt», on se déplace lentement comme un escargot. De cette façon, on peut pratiquer la présence et nous immerger pleinement dans la nature. Ensuite, j’entends le chant du rossignol, le bruissement des feuilles, je vois la lumière filtrer à travers le feuillage vert ou je sens la brise sur mon visage», explique Zoë Lorek, directrice de l’Institut Waldbaden en Suisse.

Apprécier sans jugement et en toute tranquillité

Cependant, il est important de percevoir toutes les impressions le plus librement et calmement possible. Si des pensées ou des sentiments négatifs surgissent, ceux-ci sont également observés de manière neutre dans un esprit de pleine conscience. Cela empêche le corps de se remettre en mode stress. Quiconque vagabonde dans la forêt sans but et sans contrainte, se rapproche d’un état d’éveil détendu. Ce qui correspond en fin de compte à la nature même de l’homme, explique Zoë Lorek. Les signes positifs sont: quelqu’un qui respire profondément, qui détend ses épaules ou qui ressent soudain le besoin de faire une pause. Pour que les participants atteignent plus rapidement cet état idéal, des exercices de pleine conscience et de respiration font aussi partie des programmes de bain de forêt, ainsi que quelques exercices créatifs.

Toutes les forêts ne se valent pas

«Idéalement, la forêt devrait être claire et accueillante, mais pas trop fréquentée, et offrir beaucoup de variétés», explique Jochen Keiber, instructeur de Shinrin-Yoku. Une forêt mixte a un effet particulièrement positif sur le système cardiovasculaire. Pourtant, les personnes stressées se détendent plus facilement sous les conifères, car leurs parfums permettent de réduire rapidement les hormones de stress. Si la forêt idéale est éloignée, ça ne vaut pas la peine de s’y rendre en voiture. Dans la vie quotidienne, le stress est souvent programmé. Il est donc beaucoup plus sain et relaxant d’aller si possible dans la forêt ou le parc le plus proche, ne serait-ce que pour un quart d’heure.

Bain de forêt en Suisse

L’éventail des programmes de «bain de forêt» en Suisse est vaste. Cela va des cours d’initiation, à la journée, au week-end, jusqu’aux vacances. Si vous cherchez un instructeur, vous le trouverez sur le site web netzwerkwaldbaden.ch. Les réseaux des régions «Suisse allemande», «Suisse romande» et «Tessin» y sont répertoriés par canton. Quiconque a suivi une fois ou deux, un cours de «bain de forêt» de plusieurs heures, peut plonger par lui-même dans l’élément vert à tout moment.

Pourquoi les arbres guérissent-ils vraiment?

Le Shinrin Yoku a fait l’objet de recherches intensives au Japon depuis les années 1980. Si la médecine forestière est maintenant une branche de recherche et une filière universitaire, c’est grâce à l’immunologue Dr Qing Li, professeur à l’École de médecine Nippon à Tokyo. Dans de nombreux tests, le chef de clinique du département de médecine de réadaptation a examiné les effets bénéfiques sur le système cardiovasculaire, sur l’humeur et sur le système immunitaire. Ses résultats sont impressionnants: le rythme cardiaque diminue, la pression artérielle se stabilise et, même après 30 jours, le système immunitaire était plus actif qu’avant. L’Académie européenne pour la santé psychosociale, la Fondation de Thérapie intégrative et l’Académie des bains de forêt Suisse forment régulièrement des médecins, des psychologues et des psychiatres à la médecine forestière thérapeutique. A la clinique de rééducation de Hasliberg dans le canton de Berne et à la Clinica Holistica Engiadina, cette forme de thérapie naturelle est désormais utilisée pour traiter, par exemple, le burnout ou les addictions.

Jochen Keiber, du canton de Zurich, se promène presque tous les week-ends dans la forêt idyllique avec ses participants. L’instructeur certifié de Shinrin-Yoku / bain de forêt nous dévoile son fonctionnement.

Quelles personnes assistent à vos cours de «bain de forêt»?
Mes cours attirent surtout les amoureux de la nature qui aiment se promener en forêt et sont soucieux de leur santé. Ils ont entre 25 et 70 ans. Les plus jeunes recherchent le bon équilibre entre vie professionnelle et vie privée, les personnes d’âge moyen souvent très stressées, recherchent la détente. Les «bains de forêt» sont une bonne option pour les personnes âgées, car nous marchons beaucoup plus lentement que d’habitude.

Dans quelle mesure les personnes stressées parviennent-elles à se déconnecter?
Le «bain de forêt» soulage les personnes très occupées (high-clocking) quand elles s’aperçoivent que tout est fait volontairement et sans pression pour performer. C’est pourquoi je ne fais que donner des impulsions et lancer des invitations. Une bonne dynamique de groupe est importante pour moi, et chaque participant en profite.

Quelles sont les prérequis pour le «bain de forêt»?
La marche lente et les exercices debout nécessitent un sens de l’équilibre. Un certain degré de stabilité est aussi requis.

Arrive-t-il que des participants n’aiment pas le «bain de forêt»?
Jusqu’à présent, je n’ai pas encore connu cela. Certains se détendent plus vite que d’autres. Mais la plupart des gens l’apprécient.

Cet article a été publié dans une édition d’astreaPHARMACIE et adapté pour le site web. L’édition complète d’astreaPHARMACIE est disponible en pharmacie et paraît dix fois par an.