Français

Bronzer sainement?

Le bronzage est une tentative de la peau pour se protéger des UV. La Ligue contre le cancer déconseille formellement de «préparer sa peau au bronzage» en allant aux bancs solaires ou en s’exposant au soleil au printemps.

Une peau très bronzée n’est plus aussi facilement associée à une image de séduction et de santé qu’il y a quelques années. L’idéal de beauté évolue et c’est bien justifié. «Il n’y a pas de bronzage sain», martèle Benjamin Furrer, spécialiste en prévention à la Ligue contre le cancer. «Bien sûr, la peau se crée un certain niveau de protection avec le bronzage mais cette protection s’accompagne systématiquement de dommages.» Sous l’influence des UVB à ondes courtes et riches en énergie, les cellules pigmentaires produisent de la mélanine, un pigment qui fait brunir la peau. Celle-ci tente ainsi de se protéger des ultraviolets. Les UVA à ondes longues pénètrent profondément dans la peau et endommagent le matériel génétique ainsi que le tissu conjonctif. Conséquence: le risque de cancer cutané augmente et la peau perd en élasticité, entraînant rides, taches de vieillesse et vieillissement prématuré.

Bancs solaires et risque de cancer

Il y a quelques années, beaucoup de gens pensaient encore que «pré-bronzer» sa peau aux bancs olaires la préparait de manière optimale pour l’été. Aujourd’hui, la Ligue contre le cancer déconseille vivement cette pratique. Benjamin Furrer explique: «Fréquenter régulièrement le solarium avant 35 ans est associé à un risque presque deux fois plus élevé de développer un mélanome.» En 2009, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a classé les bancs solaires comme «cancérogènes pour l’Homme», la catégorie la plus élevée des risques de cancer. Les ultraviolets sont la première cause de dommages cutanés et de cancer de la peau. En Suisse, on recense chaque année 3100 nouveaux cas de tumeur pigmentaire (mélanome). Le taux de survie cinq ans après le diagnostic est de 94 %. Ce cancer tue environ 300 personnes par an. S’il est dépisté à temps, les chances de succès du traitement sont bonnes.


Protéger sa peau

Chaque coup de soleil entraîne des dommages et laisse des traces que la peau n’oublie jamais. La Ligue contre le cancer recommande donc de se protéger des ultraviolets. Benjamin Furrer poursuit: «Mieux vaut rester à l’ombre entre 11 et 15 heures et protéger les zones de peau exposées avec des vêtements, un chapeau et des lunettes de soleil. Il faut également appliquer un produit de protection solaire qui protège aussi bien des UVA que des UVB.»

Le soleil favorise les rides

La lumière du soleil accélère fortement le vieillissement cutané et modifie profondément la structure de la peau. La sévérité de cette influence ressort nettement d’une étude publiée dans le renommé New England Journal of Medicine. Les chercheurs se sont intéressés au cas d’un patient de 69 ans qui présentait beaucoup de rides, des modifications pathologiques et un épaississement inhabituel de la peau sur la moitié gauche du visage alors que celle de la moitié droite était en bon état. Il s’est avéré que cet homme a travaillé pendant 28 ans comme chauffeur routier et que la partie gauche de son visage était exposée aux rayons du soleil qui traversaient la vitre latérale du camion. Manifestement, la vitre ne réfléchissait pas les UVA nocifs, qui ont fini par provoquer d’importantes altérations cutanées. Si vous souhaitez profiter d’une peau sans rides le plus longtemps possible, pensez donc à protéger systématiquement votre visage, votre cou, votre décolleté et le dos de vos mains avec une crème solaire.

Bronzer sans soleil

Depuis quelques années, à côté des autobronzants en tube, on trouve aussi des compléments alimentaires sous forme de capsules, de comprimés ou de dragées pour foncer la peau. La substance responsable de cet effet bronzant est le bêtacarotène, un pigment végétal présent par exemple dans les carottes et les tomates.

Das Auftragen von Sonnenschutzmitteln
verhindert die Vitamin-D-Produktion
in der Haut nicht.

Les premiers résultats sont visibles environ deux semaines après le début de la prise. La Ligue contre le cancer déconseille également l’utilisation d’autobronzants et la prise de préparations au bêtacarotène. Ces préparations sont en effet à proscrire chez les fumeurs, les personnes atteintes de maladies cardiovasculaires et les femmes enceintes. Benjamin Furrer ajoute: «La Ligue contre le cancer déconseille le bronzage en général. De plus, ces produits ne foncent que la couche supérieure de la peau, ce qui ne la protège pas des rayonnements.»

Faire le plein de vitamine D

Ce sont les UVB qui permettent la synthèse de la vitamine D dans la peau. On peut donc se demander si l’application de produits solaires entrave ce processus. Une étude de 2017 conclut que l’application de produits de protection solaire n’empêche pas la production de vitamine D. Benjamin Furrer le confirme: «Même un produit avec un FPS 50+ ne bloque pas tous les rayons. La peau produit de la vitamine D même à l’ombre et quand le temps est nuageux, pour autant que vous sortiez régulièrement en plein air.»

Pour réduire le risque de cancer de la peau

Respectez les recommandations de la Ligue contre le cancer:

  • Restez à l’ombre entre 11 et 15 heures.
  • Protégez-vous des ultraviolets avec des vêtements, un chapeau et des lunettes de soleil.
  • Appliquez un produit de protection solaire d’indice 50 minimum.
  • Renoncez aux bancs solaires.

Cet article a été publié dans une édition d’astreaPHARMACIE et adapté pour le site web. L’édition complète d’astreaPHARMACIE est disponible en pharmacie et paraît dix fois par an.